Vous ne voyez pas l'avenir de façon très positive ?

Vous vous retrouvez seul après une séparation douloureuse ?

Vous constatez que ni la télévision, ni les réseaux sociaux ne vous aident

Comment en sortir ?

Vous avez besoin d'aide. Vous avez besoin d'une écoute attentive et empathique.

 

 

 

Ce n'est pas facile à accepter.

 

 

 

Depuis toujours vous vous en êtes sorti par vous même. Faire appel à quelqu'un, n'est ce pas montrer ma fragilité ?

 

 

 

Lorsque vous étiez bébé, vous ne vous posiez pas la question. Vous étiez dépendant et on s'est occupé de vous. Vous n'aviez qu'à laisser faire. Mais vous avez grand. A l'age de 7-8 ans, votre mental est devenu puissant. Il a pris le contrôle progressivement. Et vous lui avez obéi. Vous n'aviez pas le choix. Suivre la voie : études, boulot, conjoint, enfants. Pas le temps de souffler ni de s'interroger.

 

 

 

Au fil des années, vous avez senti que votre entrain diminuait, que vos rêves s'éloignaient, que vos souvenirs s'estompaient,et que votre relation s'étiolait

 

 

 

Puis les choses se sont précipitées : vous vous êtes peut-être effondré dans votre job, votre partenaire a peut-être découvert vos infidélités (ou l'inverse) ou peut-être que c'est une maladie qui vous est tombée dessus sans prévenir.

 

 

 

Dans tous les cas, la routine a été stoppée. S'il y a eu tromperie, la séparation voire le divorce sont évoqués. Si c'est le boulot qui a déraillé, on vous fait comprendre que cela ne sera plus comme avant. Et si c'est dans le cabinet du médecin que vous avez reçu la tuile, vous n'envisagerez plus l'avenir de la même façon

 

 

 

Après un premier temps de colère, de refus, ou de marchandage, vous avez sombré dans une forme de déprime. A quoi bon se battre ? pourquoi ça m'arrive à moi ? J'ai pourtant toujours essayé de bien faire. Ce n'est vraiment pas juste. C'est la phase de tristesse et de découragement.

 

 

Cette phase est nécessaire. C'est comme pour un deuil. C'est un temps de confrontation à vous même qui n'est ni plaisant, ni confortable. Je peux avoir l'impression de perdre pied, d'être complètement perdu, angoissé, bon à rien.

 

 

 

Bien sûr les autres, les amis, la famille ou même de parfaits inconnus vont me trouver des solutions. Fais çi, fais ça. Prends çi, prends ça. Ils vont vous raconter comment ils ont fait pour ne pas tomber au plus bas, comment ils se sont relevés courageusement, comment ils ont affronté la dépression et s'en sont sortis grâce à leurs efforts, la prière, la méditation, le yoga ... 

 

Mais cela ne vous aide pas. Au contraire. Vous avez juste l'impression qu'ils ne vous comprennent pas, qu'ils cherchent à se rassurer eux-mêmes, qu'ils ont peut-être même peur de ce qui vous arrive.

 

Et puis un jour, au détour d'un échange, d'une lecture, d'une info glanée par hasard, vous sentez qu'il est temps d'oser aller chercher du soutien. Ce n'est jamais facile.  Il a des freins importants comme l'argent ou la dépendance.

 

Dépenser pour un WE, avec hôtel, restaurant, sorties, c'est ok mais payer pour quelqu'un qui m'accorde son temps, c'est beaucoup plus difficile. Parce que s'occuper de moi, de mon moi profond, ce n'est pas habituel. Acheter des objets, des services, consommer c'est rassurant (dans l'instant), mais prendre le risque de développer une relation dont je crains de me retrouver dépendant, c'est pas du tout évident.

 

Pourtant, viendra le moment ou le déclic se fera, et vous déciderez de vous jeter à l'eau.

 

Je serai là.

Je vous attends.